19 mars 2016

TERMINUS


Comment proposer des textes subversifs (en toute discrétion) aux enfants, tel est le défi que semble relever avec un plaisir à peine dissimulé, Grégoire Kocjan. 

Au prétexte de servir une contrainte éditoriale (écrire une pièce de théâtre qui puisse permettre de distribuer des rôles équitables à une classe d’une vingtaine d’élèves), il introduit dans son autobus des personnages qui, au détours d’une page, par l’iconoclasme de leurs propos, ne manqueront pas d’éveiller l’esprit critique des jeunes lecteurs-acteurs, si ce n’est leur conscience politique.

Morceau choisi :
Le policier 2 :
Les mains en l’air ! Au nom de la loi, je vous arrête !


(Le cambrioleur lève les mains pour se rendre.)

Le policier 2 :
Non, pas vous… L’autre à côté. (Au businessman). Tu es fait mon p’tit gars rends-toi sans histoires !

Le businessman (abasourdi) :
Moi, vous êtes sûr ?

Le policier 1 (furieux) :
Association de malfaiteurs, arnaques aux impôts, argent caché, parachutes dorés sans compter l’exploitation des travailleurs… Ce n’est pas toi, peut-être ?
(…)

Le cambrioleur :
Quand même, voler les pauvres c’est moche.

Tout simplement jubilatoire, vous dis-je !


TERMINUS
Grégoire Kocjan.
50 pages – 3 euros.
Editions Syros – Collection mini-Syros théâtre


Petite présentation en vidéo par le fils de l’auteur (mais il ne faut pas le dire, ça ne fait pas très professionnel) :
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire