14 avril 2021

AINSI NOUS LEUR FAISONS LA GUERRE

La vivisection publique d’un chien à Londres au tout début du XXème siècle, l’enlèvement d’un bébé singe rendu aveugle dans un laboratoire de recherche californien en 1985, l’escapade d’une vache et de son veau, échappés d’une bétaillère, sur la rocade de Charleville-Mézières en 2014. Avec ces trois récits, Joseph Andras interroge l’ambiguïté de nos relations avec le vivant, sous l’égide du progrès.

9 avril 2021

MAY LA RÉFRACTAIRE

Née en 1898, morte en 1983, May Piqueray a traversé le XXème siècle animée par la révolte. Refusant de serrer la main de Trotski ou fabriquant des faux papiers jusque dans les bureaux des autorités de Vichy, côtoyant Makhno, Emma Goldman, Marius Jacob, elle ne cessera de lutter, réfractaire à toutes les injustices. Autobiographie d’une anarchiste, judicieusement rééditée par les éditions Libertalia.

31 mars 2021

LA VIOLENCE : OUI OU NON

En 1987, parait un entretien de Günther Anders avec Manfred Bissinger, dans lequel il reconnaît que, suite à l’accident de Tchernobyl, et bien que vu comme un pacifiste, il en est arrivé à « la conviction qu’on ne peut plus rien atteindre avec la non-violence ». « Nous sommes donc dans un “état d’urgence“. Tous les livres de droit, même ceux de droit canonique, non seulement autorisent la violence mais l'encouragent face à état d’urgence. »

26 mars 2021

LA FERME DES ANIMAUX (nouvelle traduction)

À la Ferme du manoir, la révolte gronde parmi les animaux depuis que le vieux Major – un verrat de race Middle White, primé dans de nombreux concours agricoles – a fait le rêve singulier « de la Terre telle qu'elle sera quand l'homme aura disparu ».

25 mars 2021

JOSEP

Parqué dans un camp de concentration comme 500 000 antifranquistes fuyant l’Espagne après la chute de Barcelone en février 1939, Josep Bartoli (1910-1995), dessinateur et combattant républicain croque, avec les moyens du bord, ses compagnons de détention.

24 mars 2021

UN BESTIAIRE DE BOUQUINISTES

Truculente ethnographie des bouquinistes new-yorkais par l’un de ses membres. Aaron Cometbus, auteur, éditeur de fanzines et marchand de livres d’occasion, rassemble ses souvenirs sur un milieu qui a ses « propres lois ».

23 mars 2021

ÉCOLOGICA

Par la « critique du modèle de consommation opulent », André Gorz (1923-2007) est devenu écologiste dans les années 1950. La critique du capitalisme l’a conduit à l’écologie politique, par le biais de la théorie des besoins et sur la base d’une exigence éthique d’émancipation du sujet. Sont ici réunis sept textes et articles parus entre 1975 et 2007.

17 mars 2021

JOURNALISME

Fort d’un parcours atypique, Olivier Villepreux interroge la notion de journalisme, alors que les principaux médias appartiennent à des groupes financiers ou industriels, que l’information défile en continu sur nos écrans et que le « droit d’informer » s'est élargi aux non-professionnels, lesquels s'imposent pas nécessairement de respecter certain nombre de préalables éthiques avant de livrer une nouvelle.

16 mars 2021

SCARLETT ET NOVAK

Dans une société hyperconnectée, Novak se fait dérober son brightphone. « Il se sent comme un môme débile qui ne sait plus le nord du sud, si le fleuve est à gauche de l'avenue Sony, si la place Zuckerberg est avant ou après le square Bill Gates. Il est à l’aise sur une carte, pas sur un territoire. »

15 mars 2021

LA RÉPUBLIQUE DU MÉPRIS

La classe politique française, le microcosme intellectuel et les grands médias, au travers de « débats » mal posés et d'un usage particulièrement retors de principes incontestables (le féminisme, la laïcité, le devoir de mémoire, la liberté d'expression, le droit au blasphème et à la critique des religions…) construisent un bouc émissaire : le jeune issu de l'immigration postcoloniale et de culture musulmane. Pierre Tevanian, professeur de philosophie et coanimateur du collectif « Les mots sont importants » (lmsi.net/), raconte comment ces principe sont devenus les « métaphores d'un racisme qui ne dit pas son nom ». « À ceux, encore nombreux, qui se scandalisent de voir accolés ces termes à leurs yeux antinomiques que sont la République et le mépris ou le racisme, on ne peut qu’opposer les faits. La compatibilité entre le racisme et la République n'a pas à être démontrée : Elle est constatable empiriquement. »

10 mars 2021

DE LA DÉMOCRATIE EN PANDÉMIE

« Covid-19 is not a pandemic » affirme le rédacteur en chef de la revue scientifique The Lancet, mais une « syndémie », « une maladie causée par les inégalités sociales et par la crise écologique entendue au sens large ». Nous ne pourrons donc que tenter de « bloquer la circulation » du virus, si nous continuons à traiter celui-ci comme un événement biologique, sans changer de modèle économique, social et politique, et les accidents sanitaires se multiplieront. Les pouvoirs publics, en effet, ignorent délibérément les causes environnementales et nous préparent à nous adapter à un monde nouveau dans lequel nous serons régulièrement masqués, confinés et survaccinés jusqu’à la fin des temps. Ils ont choisi la répression des citoyens plutôt que leur éducation et de nombreux experts ont cautionné « l’édification d’un monde binaire opposant les “populistes“, accusés de nier le virus, et les “progressistes“, soucieux “quoi qu'il en coûte“ de la vie et de la santé ».

9 mars 2021

AU NOM DE LA BOMBE - Histoires secrètes des essais nucléaires français

La France a fait exploser 210 bombes atomiques, entre 1960 et 1996, en Algérie et en Polynésie. Les 150 000 personnes qui ont participé à ces essais, appelés et engagés, envoyés manoeuvrer sur les sites des explosions pour « étudier les effets physiologiques et psychologiques produits sur l’homme par l’arme atomique », personnels civils attirés par la double paye et habitants de Polynésie maintenus dans l’ignorance des risques encourus, témoignent des retombées sanitaires scrupuleusement occultées par la « grande muette ».

7 mars 2021

IMPOSSIBLE

Sur un sentier escarpé des Dolomites, un homme chute. Derrière lui, un autre homme donne l’alerte. Camarades de lutte quarante ans plus tôt, leur rencontre paraît improbable, la coïncidence impossible, pour le magistrat chargé de l’enquête. D’autant qu’à l’époque, le premier avait livré le second à la police. Erri De Luca restitue la série d’interrogatoires qui, échappant au simple contexte factuel et dérapant souvent en véritables dialogues philosophiques, explorent la mémoire de la « génération la plus poursuivie en justice de l’histoire italienne ».

5 mars 2021

QU’EST-CE QUE L’ÉTAT ?

« Lorsque s'invente et s’établit une idée comme celle d’État, qui réussit à confondre avec le plus grand succès les notions contraires de “peuple“ et de “Gouvernement“, il se constitue ainsi l'arme la plus puissante (qui est, comme on le voit, la plus métaphysique) pour enfermer le peuple dans la confusion et l'identification avec son Gouvernement et pour empêcher n'importe quel sentiment clair d'opposition et n'importe quelle intention d'en secouer le joug. » Agustín García Calvo (1926-2012), philologue et poète espagnol, convoque l’idée « État », « idée mensongère et réelle », pour en explorer les contradictions, les ambiguïtés dissimulées.

3 mars 2021

LES ANARCHISTES RUSSES

Paul Avrich (1931-2006), professeur d’histoire au Queen’s College de New York, raconte l’histoire du mouvement anarchiste russe depuis son apparition dans la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à son anéantissement après la révolution d’octobre. « Ceux qui ne voient l'histoire que par les yeux des vainqueurs ont longtemps ignoré l'importance des anarchistes russes. »

25 février 2021

LA POUDRIÈRE

Les journalistes Jean-Michel Décugis, Pauline Guéna et Marc Leplongeon ont enquêté sur les identitaires, les ultras-nationalistes, les survivalistes, les révisionnistes, les antisémites et les racistes, les royalistes, les néonazis, les néofascistes, les skins, les catholiques intégristes, tous ces groupuscules et micro-partis qui gravitent autour du Rassemblement national, rencontrant quelques figures influentes, visitant des lieux emblématiques. À l’aide d’informations extrêmement précises, obtenues auprès de leurs informateurs dans les services de renseignement, ils brossent un panorama de cette « ultra-droite » xénophobe, nationaliste et violente, obsédée par le « grand remplacement » et prête à passer à l’action.

23 février 2021

BASCULEMENTS - Mondes émergents, possibles désirables

Dénonçant la notion d’effondrement, qui dépolitise les enjeux en postulant une trajectoire unique et comme jouée d’avance, Jérôme Baschet, enseignant à l’Universidad Autonoma de Chiapas, à San Cristobal de Las Casas, propose celle de « basculements » qui fait place, au contraire, à l’imprévisibilité croissante de notre temps et au rôle central de la mobilisation politique. Alors qu’ « un microscopique fragment de l’à peine-vivant » a provoqué « la paralysie d'une machinerie aussi ample et ramifiée que l'économie mondiale », supposant la reproduction d’autres crises systémiques du capitalisme, il esquisse plusieurs scénarios, dont celui d'une ouverture des possibles qui nous engagerait vers des manières de vivre échappant aux logiques du système-monde capitaliste.

19 février 2021

FAHRENHEIT 451

Classique s’il en est, qui ne pouvait manquer de figurer sur ce blog puisqu’il lui emprunte son titre, ce roman, paru en 1953, évoque une société dans laquelle les corps sont rivés devant les « murs-écrans » et les pompiers chargés de détruire par le feu les livres désormais interdits.

17 février 2021

LA FABRIQUE DES PANDÉMIES - Préserver la biodiversité, un impératif pour la santé planétaire

Depuis une vingtaine d’années, des centaines de chercheurs préviennent qu’en précipitant l’effondrement de la biodiversité, les activités humaines ont créé les conditions d’une « épidémie de pandémie ». Puisque la destruction des écosystèmes par la déforestation, l’urbanisation, l’agriculture industrielle et la globalisation économique, est à l’origine des zoonoses, maladies émergentes transmises aux humains par des animaux, y renoncer s’avèrera plus efficace que de poursuivre une vaine course aux vaccins ou de confiner chroniquement les populations. Marie-Monique Robin a interrogé soixante-deux chercheurs du monde entier pour réaliser cette enquête.

12 février 2021

SUR UN AIR DE FADO - Une histoire portugaise

Lisbonne. Été 1968. Fernando Pais, médecin établi, ferme les yeux sur la réalité quotidienne de la dictature pour goûter à la douceur de vivre. Comme l’illustre la couverture, il déambule devant le décor d’une ville omniprésente, ignorant les ombres menaçante qui ne font que l’effleurer. S’il a définitivement rompu avec les fréquentions de sa jeunesse militante, dont on découvrira peu à peu les détails, ce passé refait surface et surtout ne s’efface pas. La rencontre fortuite avec João, un enfant espiègle et révolté dont il prend la défense contre un agent en faction devant le siège de la PIDE, la police politique, où il est venu visiter un patient, va soudain le sortir de son indifférence et de son confort, le confronter à tout ce qu’il fuit, le contraindre à prendre parti.

11 février 2021

LE VENTRE EST ENCORE FÉCOND - Les nouvelles extrêmes droites européennes

En 2012, Dominique Vidal brosse un portrait des partis d’extrême droite en Europe. Séduisant avant tout l’électorat populaire et exploitant les humiliations et les peurs, certains recueillent, dans une douzaine de pays, 10% des suffrages, voire plus, et quelques uns ont participé à des gouvernements, favorisés par « l’absence d’alternative à gauche et les surenchères à droite ». Il analyse leurs spécificités et caractéristiques communes, notamment la substitution de l’antisémitisme traditionnel par l’islamophobie, à l’Ouest tout au moins et le « ravalement de façade » des héritiers du fascisme.

9 février 2021

ARTHUR CRAVAN LA TERREUR DES FAUVES

Déserteur, poète iconoclaste, boxeur-conférencier, inventeur de la critique d’art pugiliste, farouche pratiquant de toute forme de subversion, Arthur Cravan (1887-1918) a contribué « à dynamiter durablement la morale bourgeoise de son temps » nous prévient l’éditeur. Ce beau volume regroupe sa correspondance amoureuse, son Prosopoème, une revue de presse témoignant de la réception de ses exhibitions et publications poétiques par la critique, ainsi quelques interventions apportant nombre d’éléments biographiques et analytiques. Il entend restituer ainsi « la charge subversive originelle » de son oeuvre et « l’affirmation brute et sans apprêt d’une vie en insurrection », occultée par ses coups d’éclat, finalement anecdotiques, et sa figure de dandy.

8 février 2021

VIVA L’ANARCHIE ! - seconde partie

Suite du récit de la rencontre entre Nestor Makhno et Buenavuentura Durruti à Vincennes, en juillet 1927. Après un premier opus essentiellement théorique et plutôt accès sur leur engagement politique, ce second tome évoque leur mise en pratique.

7 février 2021

GÊNES : 19-20-21 JUILLET 2001 - Multitudes en marche contre l’Empire

Du 19 au 21 juillet 2001, le G8 se réunissait à Gênes, soucieux de démontrer sa puissance politique aux yeux du monde, après les contre-manifestations massives de Seattle, Prague, Davos, Nice, Québec et Göteborg, et d’imposer sa suprématie. Pour la contestation de la mondialisation néolibérale, c’était une nouvelle occasion de dénoncer « un processus de transformation sociale globale que l’on tente d’imposer “par le haut“ ». Des dizaines de milliers d’individus y ont participé, d’une manière ou d’une autre. Ce recueil de documents et de témoignages leur donne la parole pour restituer leur vécu, dans la diversité des sensibilités et des points de vue.

4 février 2021

DES MILLIARDS DE MIROIRS

Le dernier couple de girafes en liberté vient d’être buté ; officiellement, les derniers mammifères vivants sont désormais tous au conservatoire zoologique. Un hypertélescope envoyé dans l’espace permet de découvrir un réseau de taches lumineuses, semblables à nos villes vues de l’espace, preuve de l’existence d’une civilisation extraterrestres, sur l’étoile Gamma Cephei B, à 45 années-lumière de la Terre. Or, comme cette étoile est totalement hostile à la vie, elle pourrait avoir été colonisée par une espèce maîtrisant les vols interstellaires et qui pourrait nous menacer. Devons-nous nouer contact ou stopper nos communications pour éviter d’être découverts ?

LE DOIGT

Un matin pluvieux, devant son lycée auvergnat, la professeure adresse un doigt d’honneur à l’automobiliste qui la klaxonne alors qu’elle traverse en dehors du passage piéton pour ne pas salir ses chaussures. Elle récidive, quand celui-ci, sorti de son véhicule, la défie de recommencer, et reçoit une gifle en retour. Est-elle responsable d’une violence qu’elle aurait suscitée ? Coupable même ? Un peu moins victime ? Ne jamais montrer sa peur : « Le geste est né, une évidence réflexe. » Elle a parié sur « la lâcheté de l’homme » mais a perdu. Pour comprendre, la romancière analyse, avec une froideur clinique mais aussi beaucoup d’auto-dérision, d’autres agressions que son corps a subi, au collège quelques années plus tôt, et toutes celles, familiales, qui ont jalonné son enfance et son adolescence.

3 février 2021

ENVIRONNEMENT

Entre le déni et le catastrophisme excessif vis à vis des phénomènes qui modifient et déséquilibrent profondément notre environnement, Laurent Fontbaustier, professeur de droit public à l’Université Paris-Saclay, propose une approche juridique et éthique de celui-ci, dans le cadre d’une « démocratie écologique prenant appui sur une conception repensée, inclusive et pacifiée, de nos relations avec la Nature ».

2 février 2021

L’ÉVASION D’UN GUÉRILLERO - Écrire la violence

Militant de l’Armée populaire révolutionnaire (EPR), Andrés Tzompaxtle Tecpile, dit Rafael, est enlevé, détenu et torturé par l’armée mexicaine en 1996. Par un récit polyphonique, fruit d’un long travail d’enquête de terrain, le journaliste américain John Gibler dévoile la stratégie contre-insurrectionnelles de l’État mexicain. Il interroge également le processus d’écriture, les rapports de celle-ci avec une supposée objectivité, avec les partis-pris, la violence qu’elle impose en voulant témoigner. Adaptant un mot d’ordre zapatiste, il défend la forme d’un écrit qui écoute (escribir escuchando). « Ce livre cherche à utiliser une arme coloniale, l’écriture, pour combattre la violence coloniale. »

1 février 2021

UNE GUERRE MONDIALE CONTRE LES FEMMES

Ce « petit livre accessible revenant sur les principaux thèmes de CALIBAN ET LA SORCIÈRE - Femmes, corps et accumulation primitive, destiné à un public plus large », répond à une demande souvent faite à Silvia Federici. Elle explique comment les chasses aux sorcières devinrent, à la fin du Moyen Âge, le ressort d’un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l’État, l’Église et les puissances économiques : le processus d’enclosure et de privatisation des terres étant concomitant du processus d’enclosure auquel le corps féminin lui-même fut soumis, à travers le développement du contrôle de l’État sur la sexualité et la capacité de reproduction des femmes. Elle prolonge ses analyses jusqu'à la mondialisation néolibérale actuelle, ébauchant une cartographie de ses nouvelles formes de violence, retour des chasses au sorcières dans nombre de régions du monde, et leur liens avec les nouvelles formes d’accumulation capitaliste.

27 janvier 2021

L’HOMME HÉRISSÉ - Liabeuf, tueur de flics

Injustement accusé de proxénétisme par des ripoux de l’ex-brigade des moeurs, arrêté et condamné, Jean-Jacques Liabeuf, dit le Bouif, ouvrier cordonnier dans le quartier des Halles, décide de laver son honneur. Il se forge des brassards cloutés, s’arme d’un surin et entre dans la légende comme le « tueur de flics ». Yves Pagès relate cette affaire, ainsi que les campagnes de presse qui ont accompagné le procès, transformant un fait divers en mythe.

25 janvier 2021

LE DZIKUS - Mon adolescence, dans la résistance, des hauts-fourneaux à Buckenwald

« Même si ça n’intéresse plus grand monde, ces vieilles histoires de Grand Soir et d’avenir radieux », Victor Djlida (1926-1997), dit la Dzikus (le sauvageon, en polonais), raconte son enfance dans le bassin minier lorrain, la Résistance qu’il rejoint naturellement à 16 ans, son arrestation et sa déportation.

24 janvier 2021

REVENIR À NAPLES

Fuyant une conjuration contre les anarchistes, Lucio Doria s’enfuit de Naples, « une ville pleine de couleurs et de parfums », pour le Mexique, en compagnie d’un groupe hétéroclite avec qui il va fonder une commune agricole. Quatre-vingts ans plus tard, il fait le voyage inverse pour retrouver les « fantômes » de ses compagnons disparus et raconter les événements tels qu’il se les rappelle, tels qu’il les invente, tels qu’il les reconstruit.

22 janvier 2021

« ALTERNATIVES » À LA PRISON

Invité à donner une conférence à Montréal dans le cadre de la Semaine du prisonnier, en 1976, Michel Foucault soutient que les sanctions « alternatives » étendent les murs de la prison à toute la société.