19 septembre 2016

LES DOIGTS NIAIS


Le propos est simple, pour ne pas dire simpliste : un ver cherche à fuir son pays de misère.

 Le dispositif n’est pas plus compliqué non plus mais il est habile : la limite territoriale est celle, physique, de chacune des pages, la gauche, dépouillée, la droite, plus luxuriante et surtout bien protégée. Le ver, toujours, se heurtera à la ligne de démarcation, au centre de chaque double page, tentant vainement de la franchir, de la contourner, toujours refoulé par les « doigts niais ».

Cet album absolument décontextualisé autorise une grande latitude d’interprétation à l’adulte, lecteur pour l’enfant. Libre à lui, donc, de le relier à une actualité, à un développement géopolitique, ou pas.

L’illustratrice mobilise et use de nombreuses techniques au service de l’histoire, sans ménager son talent. La chute est certes maline, utilisant la matérialité même de la couverture mais sans doute un peu expéditive : n’est-ce que cela la liberté ?



LES DOIGTS NIAIS
Olivier Douzou et Natali Fortier
40 pages – 10,37 euros
Éditions du Rouergue – Rodez – septembre 2001
À partir de 4 ans ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire