18 juillet 2019

À LA LIGNE

Le quotidien d’un intérimaire, à trier des crevettes ou pousser des carcasses. Tranches de vie d’usine rapportées avec acuité et force détermination, comme pour demeurer vivant au milieu des machines, ne pas en devenir une. Joseph Ponthus dédie ces pages 
« aux prolétaires de tous les pays
aux illettrés et aux sans dents
avec lesquels j’ai tant
appris ris souffert et travaillé
à Charles Trenet
sans les chansons duquel
je n’aurai pas tenu ».

Si « l’usine c’est pour les sous
Un boulot alimentaire
Comme on dit »
« Au fil des heures et des jours le besoin d’écrire s’incruste tenace comme une arête dans la gorge
Non le glauque de l’usine
Mais sa paradoxale beauté »
Il rapporte surtout la dureté, les gestes répétés, les horaires et les rythmes épuisants qui brisent les corps, l’absurdité de certaines tâches, la violence de certaines autres, à l’abattoir notamment, qui hantera le sommeil, le réveil qui « pique fort fort fort », surtout le lundi matin lorsqu’on a un peu trop fait durer le week-end la veille. Et puis il y a Dumas, Apollinaire, Thierry Metz, Charles Trenet et tant d’autres, pour aider à tenir le coup, se souvenir que la beauté du monde existe.
« On fait sans faire
Vagabondant dans ses pensées
La vraie et seule liberté est intérieure
Usine tu n’auras pas mon âme
Je suis là
Et vaux bien plus que toi
Et vaux bien plus à cause de toi
Grâce à toi »

Avec justesse, fraternité, sincérité, Joseph Ponthus témoigne de sa condition ouvrière. Pas d’idéalisation intellectuelle ni de pathos excessif, mais une simple nécessité viscérale d’écrire, sans complaisance. Dans une langue simple mais travaillée, avec un dépouillement recherché. Sans trop de poncifs, à part les jours d’immense fatigue, comme il le reconnait d’ailleurs lui-même. Pas de ponctuation. Des paquets de phrases jetés à la ligne comme des pelletées de bulots. Magnifique !



À LA LIGNE
Feuillets d’usine
Joseph Ponthus
272 pages – 18 euros
Éditions La Table Ronde – Paris – Janvier 2019





Voir aussi :

PUTAIN D’USINE

APRÈS LA CATASTROPHE

LA REVUE DESSINÉE#19

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire