10 juillet 2016

LES HOMMES FRÉNÉTIQUES


En parallèle à  une œuvre foisonnante et essentiellement consacrée à une littérature de terroir, nous apprend la préface, Ernest Pérochon a écrit cet étonnant roman d’anticipation.

 Dans une humanité post-scientifique ravagée par les conséquences inconséquentes des découvertes des hommes, une civilisation mondialisée survit, meilleur des mondes où la science est désormais soumises à l’éthique et la morale, les passions et différences proscrites pour endiguer toute source de conflits, le confort matériel assuré à tous pour éviter toute jalousie. Pourtant, le naturel toujours revient.
La longue et méthodique description de l’escalade absurde vers la guerre civile est édifiante. L’auteur semble prendre un malin plaisir à battre en brèche les discours de sagesse des anciens par les incantations sans scrupules des populistes. On assiste, impuissant, à l’adhésion aveugle des masses populaires aux arguments tellement simplistes et fallacieux, aux décisions stupides et suicidaires qui ne pourront conduire qu’au pire : la stérilisation accidentelle de (presque) tous les survivants, châtiment encore plus terrifiant que l’anéantissement immédiat, car l’espèce humaine va assister, littéralement impuissante, à sa lente disparition.

D’un pessimisme sombre, puisque les hommes reviendront l’un après l’autre sur les « dispositifs de sécurité » tirés des leçons du passé pour que « plus jamais ça » et conduiront le monde à l’apocalypse  une seconde fois, Ernest Pérochon garde au fond de lui une lueur d’espoir. Il donnera une ultime chance à ses survivants qui, après plusieurs générations recommencent encore et toujours à se chercher querelle, en faisant disparaître accidentellement le chef des belliqueux, par émasculation, au profit du « chef » pacifiste. Le retour à une humanité primitive est-il la seule solution contre la stupidité des hommes ?

Démonstration implacable et jubilatoire de l’avidité du pouvoir, de la bêtise des prétextes, de la toujours trop simple facilité à manipuler les opinions.


LES HOMMES FRÉNÉTIQUES
Ernest Pérochon (1885-1942)
Éditions On verra bien, Limoges, mars 2015
Première parution : 1925

Aucun commentaire:

Publier un commentaire