16 mai 2016

DÉFIER LE RÉCIT DES PUISSANTS.


Dans ce long entretien, Ken Loach explique comment il pratique un cinéma politique pour tenter de subvertir, créer du désordre et soulever des doutes.

Si certains films hollywoodiens abordent aussi des sujets revendicatifs, eux utilisent systématiquement des stars dans un souci de rentabilité et surtout ne remettent jamais en cause les hiérarchies ni l’ordre établi.


Il nous présente sa méthode, au service de son propos, utilisant l’objectif de sa caméra comme un œil humain, pour voir le monde à travers les yeux de ses personnages. Il tourne toujours les scènes de ses films dans l’ordre chronologique afin de permettre aux comédiens de vivre réellement leurs personnages. Pour conserver leur spontanéité il évite de les faire répéter et, au contraire, leur fait travailler des scènes vécues par leurs personnages en dehors du temps du film, leur constituant ainsi un vécu, des souvenirs. Si ses histoires sont souvent anodines, elles révèlent le fonctionnement de la société, ses dérives, ses inégalités. Pour lui, le tournage doit être un vrai travail d’équipe où tout le monde sait ce qu’attend de lui le chef d’orchestre. Bien faire sa tâche chacun dans son coin ne suffit pas. Pour cela, entre autre, il veille à ce que la production ne rogne pas sur les salaires.

 
Ken Loach a commencé à travailler à la B.B.C. dans les années 60. À cette époque, la production n’imposait pas les acteurs, par exemple, comme c’est le cas maintenant. Dans les années 80, l’arrivée de Margaret Thatcher fut un retour au XIXème siècle, à un capitalisme brut. Ses films sont alors saisis et interdits, comme son documentaire sur la grève des mineurs dans lequel il illustrait chansons et poèmes de lutte avec des images de violences policières.

Avec Sweet Sixteen c’est le langage populaire des jeunes qui se voit censuré, le film étant interdit au moins de 18 ans, empêchant au public qui a précisément l’âge des personnages d’y accéder. Quant à ses films sur le récit britannico-irlandais (Secret défense puis Le vent se lève), ils seront violemment discrédités car contredissent radicalement la version officielle d’un conflit Catholiques contre Protestants, éludant complètement les huit cents ans d’occupation et de domination. À cette occasion, un journaliste du Times l’a même comparé à Leni Riefenstahl ! Un autre l’accusera de faire l’apologie du terrorisme tout en avouant ne pas avoir vu le film ! Plutôt que de répondre sur le terrain des idées, les gouvernements et leurs médias s’en tiennent à traîner dans la boue.



Le cinéma peut aussi parfois changer les choses. Cathy Come Home raconte l’histoire d’une famille disloquée parce que la municipalité n’avait l’obligation de ne reloger que les mères et les enfants sans abris. Après sa diffusion, sous la pression de l’émotion suscitée dans l’opinion publique, la législation a changé. Mais à l’époque, en 1966, il n’y avait pas encore cent chaines de télévision mais seulement deux, ce qui permit à 15 millions de téléspectateur de voir ce film. Peut-être qu’internet pourra permettre de retrouver de telles audiences.


Cet opuscule ne traite pas de la seule filmographie de Ken Loach, bien au contraire. Il résonne comme un manifeste. Le cinéaste fait le point sur son dessein politique, son parcours créatif au service d’une résistance. Il espère que l’art puisse être l’étincelle qui déclenchera un changement radical de notre société. On aurait aimé en apprendre davantage, qu’au-delà des quelques anecdotes rapportées l’homme nous livre en détails son parcours qui reflète autant un demi-siècle de l’histoire de la société anglaise que de l’évolution des moyens de s’opposer à l’ordre dominant. Mais il s’agirait d’un autre livre dont celui-ci n’est que le résumé. On aimerait aussi que l’éditeur donne la parole à d’autres cinéastes politique, comme Robert Guédiguian notamment.


DÉFIER LE RÉCIT DES PUISSANTS.
Ken Loach
50 pages – 5 euros
Éditions Indigène – Collection « Ceux qui marchent contre le vent » – Montpellier – juin 2014


Aucun commentaire:

Publier un commentaire