7 août 2019

MÊME LE GRAND SOIR A COMMENCÉ PETIT

Une épidémie de « maturisme » frappe le pays : une urgence à grandir qui touche une génération entière de bébés, « comme si l’espèce ne pouvait plus se permettre d’attendre pour devenir intelligente ».

Ils parlent, réfléchissent et argumentent, commandent des pizzas avec le téléphone et la CB de leurs parents, annoncent qu’ils ne passeront pas le bac parce que « l’école ne sert qu’à reproduire les inégalités sociales », et surtout complotent par télépathie pour que le prochain président de la République soit tiré au sort parmi les chômeurs.



 Certaines analyses politiques sont aussi fines et drôles que quelques scènes mémorables des Monty Python, le non-sens en moins. Leur ressort humoristique repose plus sur le décalage de situation que sur l’anachronisme.
 



C’est franchement bidonnant. De la subversion à glisser entre toutes les mains. De la critique sociale insidieusement distillée sous couvert de rigolade. Et on attend impatiemment la suite pour découvrir ce que le futur petit frère du jeune héros, visiblement encore plus « mature », va proposer en lieu et place du tirage au sort dont l’expérimentation révéla vite les limites.



MÊME LE GRAND SOIR A COMMENCÉ PETIT
Lisa Lugrin et Clément Xavier
88 pages – 15 euros
Éditions FLBLB – Poitiers – Janvier 2019
https://www.flblb.com/



Vous pouvez découvrir un échantillon sur le site de Lundi matin, voir lire intégralement ce roman photo mais le format papier est tout de même plus confortable :





Aucun commentaire:

Publier un commentaire