6 août 2016

L’INVASION SANS PAREILLE


Cette nouvelle est une curiosité, une petite perle dans l’œuvre prolifique et protéiforme de Jack London. On y découvre une Chine délivrée du joug japonais, qui s’est développée en toute discrétion, dont la population atteint le milliard d’habitants en 1976 et commence à déborder de ses frontières. 


Lorsque l’Occident s’en aperçoit, il s’unit pour fomenter une extermination pure et simple à l’aide de bombardements bactériologiques, avant de s’installer dans ce vaste territoire nettoyé « en accord avec le programme démocratique américain ».
Rappelons que ce texte d’un rare et radical cynisme date de 1909. S’il est un peu encombré de considérations racialistes datées, son caractère visionnaire, pas si éloigné de la vérité finalement, impressionne. Une parabole virulente sur la logique capitaliste, qui vaut bien un long discours.



L’INVASION SANS PAREILLE
Jack London
Traduit par Thierry Beauchamp
64 pages – 6,50 euros
Éditions du sonneur – Paris – mars 2016
Parution initiale dans le Mc Lure magazine en 1910.



Lire aussi les comptes-rendus de « La peste écarlate », tout aussi apocalyptique :
et « Coup pour coup (les spadassins de Midas) », tout aussi cynique :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire