21 janvier 2017

LA FAUTE DU MIDI


Bien avant celles des mutins de 1917 et bien moins connues, les exécutions pour l’exemple le 19 septembre 1914 de deux soldats accusés de mutilations volontaires, furent décidées pour dissimuler l’incompétence de l’État major de l’Armée française, utilisant un racisme intérieur anti-méridionnal.

 Lancés dans la bataille de Loraine, entre Dieuze et Morhange, sans l’appui de l’artillerie, les soldats provençaux du XVe corps, avec ceux du XXe de Lorrain et du XVIIIe du Languedoc tombent dans une embuscade allemande. 10 000 d’entre eux seront fauchés par les obus sans pouvoir se défendre. Le Général Joffre décide de rejeter la faute sur les soldats du Midi qu’il fait accuser de lâcheté. Dans ce climat d’hostilité, un médecin accusera des blessés d’automutilation ce qui les conduira devant un conseil de guerre expéditif où ils n’auront pas l’occasion de se défendre. Deux seront fusillés.

 
C’est sur cet épisode peu glorieux que reviennent les auteurs de cette bande dessinée, avec beaucoup de rigueur et le souci d’établir la vérité historique. Sérieux travail de reconstitution.

Le dossier documentaire n’apporte absolument rien, se contentant de paraphraser ce qui vient d’être lu.




LA FAUTE DU MIDI
Jean-Yves Le Naour et A. Dan
60 pages – 13,90 euros
Bambou édition – Collection Grand Angle – Charnay-les-Mâcon – avril 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire