2 avril 2017

LE GANG DE LA CLEF À MOLETTE

Le Docteur Saris fait la tournée nocturne des panneaux publicitaires d’Albuquerque (Nouveau Mexique) pour les incendier, accompagné par sa jeune maîtresse, Bonnie Abbzug. On devrait tous avoir un hobby.
Georges Hayduke, vétéran du Viet Nam, parcourt les États-Unis en évaluant les distances en packs de six et répandant ses châtiments.
Ils se rencontrent lors d’une descente du Colorado organisée par Seldom Seen Smith, mormon polygame, se découvrent un goût commun pour la beauté sauvage du grand Ouest et aussi une rage inconsolable envers sa destruction inéluctable par les industries extractives et forestières, les grands chantiers d’équipement. Commence alors leur épopée destructrice contre les ponts qu’ils envoient au fond des canyons à coup de dynamite et les bulldozers qu’ils vidangent pour leur serrer le moteur.


Loin d’être héros idéalisés, ses personnages au contraire sont essentiellement composés de chairs. Ils ont souvent faim et soif. Ils boivent et mangent beaucoup. Ils baisent et transpirent, de chaud sous le soleil du désert et de peur à l’approche d’une menace. Ils se chient aussi parfois dessus.
Répondent-ils aux recommandations du Comité invisible à paralyser les infrastructures ? Aux injonctions d’Erri de Luca de saboter une entreprise inutile et nuisible lorsque toutes les négociations ont échouées ? Ils répètent simplement qu’il faut bien que quelqu’un le fasse.

On jubile. On n’a pas envie qu’ils s’arrêtent. On maudit ceux qui cherchent à les stopper. On voudrait les citer en exemple, les rejoindre. Presque.

La verve truculente et les précisions lexicales d'Edward Abbey sont un rare plaisir de lecture. Il maîtrise tout autant le mode d’emploi d’un extincteur que le fonctionnement d’un moteur automobile, la procédure de démarrage d’un engin de chantier Caterpillar®, une opération du ménisque, la botanique en milieu désertique ou les maladies vénériennes. Avec ce roman, il élève le sabotage au rang des beaux-arts.



LE GANG DE LA CLEF À MOLETTE
Edward Abbey
496 pages – 12 euros
Éditions Gallmeister – Paris – janvier 2017

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire