19 mars 2016

COUP POUR COUP (Les Spadassins de Midas)


Les Spadassins de Midas, mystérieux prolétaires refusant de devenir des esclaves salariés, rançonnent les barons d’industrie, exécutant des innocents au hasard jusqu’au paiement. Dépourvus d’humanisme, nihilistes, ils s’attaquent à la classe dominante dans le seul but de la remplacer.


Jack London, auteur de romans de littérature sociale dont le fabuleux « Talon de fer » que l’éditeur de cette nouvelle peu connue propose de nous faire redécouvrir dans une nouvelle traduction cet automne, s’amuse ici à transgresser les codes du genre.
Ce sont les pauvres qui sont d’une amoralité froide et cynique tandis que les bourgeois font preuve de sensibilité et de qualités morales.
L’ironie de cette fantaisie propose une perspective romanesque inhabituelle. Au-delà de la farce, c’est la question des moyens, justifiés ou non par la finalité, qui est posée.

L’entretien-postface avec Miguel Benasayag, philosophe argentin, qui a combattu pendant 10 ans dans la guérilla guévariste, apporte un regard pertinent sur le recours à la lutte armée, la résistance face à la violence du monde d'aujourd'hui.


COUP POUR COUP (Les Spadassins de Midas)
De Jack London.
Éditions Libertalia – Paris – 2015
Édition bilingue.
Postface de Miguel Benasayag.
82 pages – 7 euros

Aucun commentaire:

Publier un commentaire