30 septembre 2021

LE PROJET MYRDDINN

En l’an 460 après l’Éclipse, dans le district de Miralonde, la lutte pour le pouvoir fait rage entre les « fouisseurs sécuritaires favorables à la prohibition définitive des escapade de surface » et les conservateurs, partisans du statu quo. L’inquiétude est grande, d’autant que les humains, les « proliférans », semblent avoir mystérieusement disparu de la surface de la terre, en ce mois de mars de l’an 2020 de leur ère. Certains optimistes pensent à un suicide collectif pour sauver la biosphère.

29 septembre 2021

LETTRES À UNE NOIRE

Au début de années 1960, Françoise Ega (1920-1976), martiniquaise installée à Marseille avec sa famille, enchaîne, pendant presque deux ans, les emplois de femme de ménage, pour comprendre et témoigner de l’exploitation que subissent les femmes qu’elle voit débarquer par centaines des Antilles pour être placées comme domestiques dans les demeures de familles bourgeoises et blanches. Le journal qu’elle tient pendant cette expérience, est enfin réédité, accompagné d’une précieuse préface d’Elsa Dorlin.

23 septembre 2021

LA MÉLANCOLIE DE LA NASSE

Xavier Calais est un habitué des manifestations. Avec nostalgie, il songe à celles, sauvages et nocturnes, au cours desquelles des Porsche pouvait être incendiées : « Il me semblait n'avoir jamais vu de ma vie plus beau feu de camp. » Regrettant que les cortèges tournent désormais littéralement en rond, chargés parfois avant même de partir, tout au moins sévèrement encadrés, que tout soit devenu « trop prévisible ». « La nasse n’était-elle pas devenue la métaphore de notre condition humaine ? »

22 septembre 2021

DU SANG SUR LA LUNE

Cinquième et ultime opus de son « Cycle des bas-fonds », ce récit autobiographique revient sur les jeunes années de Jim Tully (1891-1947), depuis ses cinq années de séjour à l’orphelinat St. Joseph jusqu’à sa décision de raccrocher les gants pour devenir écrivain. Il dresse de vivants portraits des personnes qu’il côtoie et rencontre, non pas « comme un entomologiste étudie un insecte au bout d'une épingle » : « J'étais l'un d’eux. Je le suis toujours. Je peux sentir l'amertume de leur vie dans le pain que je mange aujourd’hui. »

ACROBATIES

Grâce à un astucieux changement de cadrages, ceux que l’on a jusque-là pris pour des acrobates, se révèlent être des pirates à l’abordage. Le ballet se poursuit page après page avec la même élégance, mais la chorégraphique est maintenant organisée autour d’un but précis : accaparer le navire du camp d’en face. Comme si toute cette agitation belliciste n’était finalement qu’un spectacle.

20 septembre 2021

DÉFAIRE LA POLICE

Alors que deviennent de plus en plus visibles les violences policières et qu’est désormais admis que, loin d’être au service du public, la police est surtout « la garante d’un certain ordre, d’un certain régime de domination », réfléchir encore à des réformes semble moins pertinent que de se demander comment la rendre illégitime et la neutraliser, comment s’en passer, y compris dans les résolution de conflits.

16 septembre 2021

UNE HISTOIRE POLITIQUE DU RING NOIR

De la période esclavagiste au mouvement des droits civiques, la figure du boxeur noir n’a cessé de cristalliser les espoirs de la population afro-américaine, autant que la haine et le désir de vengeance du pouvoir et de ses alliés. En faisant revivre les parcours de l’ancien esclave Tom Molineaux, de Peter Jackson, victime de « la barrière de couleur » tracée pour préserver la suprématie blanche, de Jack Johnson, premier champion du monde noir des poids-lourds en 1908, de Muhammad Ali et de quelques autres, Chafik Sayari montre comment le ring, aux États-Unis, a toujours été le théâtre de la domination raciale et de sa contestation.

14 septembre 2021

DANS L’OEIL DU CROCODILE - L’humanité comme proie

En 1985, la philosophe écologiste Val Plumwood survit à l’attaque d’un crocodile marin. Cette expérience qui l’a placée en situation de « nourriture » et de proie, l’a incitée à s’interroger sur l’arrogance humaine à s’extraire de la chaîne alimentaire. Dès lors, elle n’a cessé de dénoncer l’idéologie dualiste et anthropocentriste qui accorde un état inférieur à la nature, par opposition à la raison, et justifie sa domination.

10 septembre 2021

LA CROISADE DE ROBERT MÉNARD

Élu maire de Béziers en 2014, Robert Ménard se pose en porte-parole d’une France des oubliés et mène, grâce à sa place stratégique au carrefour de la presse et de la politique, « une véritable bataille culturelle identitaire ». Richard Vassakos, chercheur en histoire-géographie à l’université Paul Valéry-Montpellier-III, montre comment celui-ci instrumentalise l’histoire à des fins idéologiques réactionnaires.

8 septembre 2021

ICI ON NOYA LES ALGÉRIENS

Le 17 octobre 1961, une manifestation pacifique d’Algériens a été brutalement réprimée par la police parisienne, sous les ordres du préfet Maurice Papon. Onze mille personnes sont arrêtées et plus de deux cents autres seront noyées, étranglées ou abattues. Pourtant, le bilan officiel ne fera très longtemps état que de deux morts. Pendant trente ans, Jean-Luc Einaudi, éducateur qui se fait chercheur, enquêtera sur ce crime d’État. À son tour, Fabrice Riceputi retrace cette bataille intellectuelle, judiciaire et politique contre un mensonge d’État.

7 septembre 2021

MÉRITE

Le mérite comme « juste » récompense des « premiers de cordées » fait aujourd’hui l’objet d’un consensus, mais la multiplicité des sens qu’on lui prête témoigne de « la lutte perpétuelle entre les différentes lectures de ce que l’on entend par le terme de justice sociale ». Pourtant, comme le montre les études sur lesquelles s’appuie la sociologue Annabelle Allouch, peu sont dupes de la matérialisation dans la réalité de la réthorique méritocratique tout en restant, paradoxalement, tout de même attachés à cette dernière. S’intéressant beaucoup à la centralisé des différentes institutions scolaires dans la fabrication de cette croyance de par l’usage permanent qu’elle en fait, elle s’attache toutefois à mettre aussi en évidence sa « part incarnée, donc affective et sensible ».

2 septembre 2021

VENTES D’ARMES, UNE HONTE FRANÇAISE

Au cours des années 1960, la France s’est dotée d’une doctrine concernant l’exportation de matériels militaires fabriqués par son industrie. En totale contradiction avec ses engagements internationaux et alors qu’elle se targue d’être la patrie des droits de l’homme, elle arme, dans une impénétrable opacité, les régimes parmi « les plus brutaux et les plus répressifs de la planète », lesquels s’en servent contre des populations civiles. Aymeric Elluin et Sébastien Fontenelle ont mené l’enquête.