30 avril 2017

MINI-MANUEL DU GUÉRILLERO URBAIN

Rédigé en juin 1969, ce manuel de formation s’adressait à tous ceux qui voulaient lutter les armes à la main contre la dictature militaire au Brésil. Pour palier leur infériorité en armement et en équipement, Carlos Marighella leur apprend à développer leur sens stratégique. 


Un guérillero urbain lutte dans un but politique. Dans le cadre de la lutte des classes, il procédera à la liquidation physique des chefs et des subalternes des forces armées et de la police, et à l’expropriation d’armes ou de biens appartenant au gouvernement, aux grands capitalistes, aux latifundiaires et aux impérialistes en particulier d’Amérique du Nord.
Carlos Marighella énumère la préparation technique nécessaire ainsi que les différentes actions possibles depuis la propagande et le sabotage, jusqu’aux enlèvements et aux combats tactiques de rue.


                                                                        *****

L’introduction de Vanessa Grossman contextualise cette parution initale. Sa tentative de comparaison entre les mouvements d’opposition à la Coupe du monde de football de 2014, plus précisément les actions des Black Blocs, et les résistances armées à la dictature installée par un coup d’État militaire 50 ans plus tôt, ne convainc guère. Par contre son rappel historique sur les circonstances de celui-ci, s’imposait pour éclairer le sens et la portée de ce texte.


Le maréchal Castelo Branco fut, pendant la seconde guerre mondiale, le compagnon d’armes du général américain Verner Walters qui, par la suite, comme sous-directeur à la CIA, jouera un rôle important dans le putsch brésilien de 1964 qui l'installera au pouvoir. Cependant c’est du côté de l’armée française que les officiers brésiliens vont chercher la « doctrine de guerre », inspirée de ses récentes expériences en Indochine et surtout en Algérie. Elle sera enseignée à l’École supérieure de la guerre à partir de 1959, pour prévenir toute tentative de révolution communiste. Selon cette doctrine française, le contrôle des informations est décisif et le commandement politico-militaire doit être unifié. Si la société démocratique s’avère incapable de prodiguer à l’Armée l’appui nécessaire, il devient urgent de changer la société.

Exclu du Partido Comunista Brasileiro (PCB) en 1967 après 30 ans de militantisme, Carlos Marighella fonde l’Alliance de Libération Nationale (ALN) qui deviendra l’une des guérillas urbaines les plus efficaces contre la dictature au Brésil. Il sera abattu par la police dans une salle de cinéma, quelques mois après la rédaction de ce traité.




MINI-MANUEL DU GUÉRILLERO URBAIN
Carlos Marighella
Précédé « Du Coup à la coupe » ou « Du rôle de l’action révolutionnaire », 1964-2014 de Vanessa Grossman
98 pages – 9 euros
Éditions B2 – Collection « Contre-Cultures » – Paris – avril 2014
http://editions-b2.com/



160 pages – 7 euros
Éditions Libertallia – Collection « À boulets rouges » – Paris – mai 2009
http://www.editionslibertalia.com/





Aucun commentaire:

Publier un commentaire