9 mai 2016

POUR UNE POLITIQUE DE CIVILISATION.


Moins médiatique que d’autres philosophes, Edgar Morin interroge depuis très longtemps notre monde. Ce texte, chapitre d’un ouvrage plus complet, initialement paru en 1997, dresse un bilan sévère de notre civilisation occidentale asphyxiée par son développement technico-industriel et établi le constat de l’incapacité à rendre compte des problèmes, tant complexe est l’enchevêtrement des causalités. Le  bien être promis par le Progrès se paye au prix de trop de mal être !

Des résistances civiles ce sont organisées et développées mais elles collaborent au système qui perpétue ses maux et agissent trop isolément. L’auteur préconise une politique de civilisation qui réhumaniserait la vie quotidienne en solidarisant, ressourçant, convivialisant et moralisant. Sa pensée est dense, précise et complexe. Son discours critique s’intéresse au monde très concrètement et présente le mérite de proposer des solutions qui, cependant, pèchent en naïveté. Écrit il y a vingt ans, il supposait par exemple que la crise de la vache folle entrainerait une prise de conscience et une réaction auto-régulatrice. Avec les projets de fermes aux mille vaches, on sait que ce n’est malheureusement pas si simple. De même l'accident de Tchernobyl, comme celui de Fukushima n'ont pas permis d'inverser la tendance.
Il envisage aussi un État moins directif et au service des initiatives alternatives, suggère des créations d’emplois dans les secteurs du développement durable et de l’économie solidaire. Rien de bien nouveau, en somme.

Enfin, il croit qu’un cercle vertueux entrainera une véritable métamorphose et table sur l’espoir. Beaucoup de bon sens, certes, dans tout ceci mais Edgar Morin feint d’ignorer la difficulté à réformer et l’inertie du système. 


POUR UNE POLITIQUE DE CIVILISATION.

Edgar Morin
79 pages – 6 euros
Éditions Arléa – Paris – mai 2002

Aucun commentaire:

Publier un commentaire