8 décembre 2018

LES SOVIETS TRAHIS PAR LES BOLCHEVIKS - La faillite du communisme d’État

« Qui n’est pas aveuglément d’accord avec les diktats et les idées des hommes au pouvoir à Moscou et de leurs petits suiveurs à l’étranger, se voit irrémédiablement étiqueté « contre-révolutionnaire » et flétri comme traître au mouvement ouvrier. » Pourtant, dès 1921, Rudolf Rocker (1873-1958), anarchiste allemand, publie cette critique globale des principes du bolchevisme.
 
Les mesures prises par les dirigeants russes, l’impitoyable répression de toute pensée libre, l’absence de toute garantie de liberté personnelle, la suppression des droits d’expression (liberté de réunion, droit de grève), l’effroyable développement d’un système de police et d’espionnage, un temps mises sur le compte de la fatalité de la guerre et la situation critique du pays, ont fait perdre tout espoir à bon nombre d’enthousiastes et de fanatiques. Rudolf Rocker considère que l’expérience bolchévique a irrémédiablement fait faillite et rappelle que pendant la Révolution française, souvent citée en exemple pour justifier les persécutions, l’initiative de l’action vint directement du peuple et que « les bêtes noires de Robespierre et de ses partisans purent poursuivre publiquement leur propagande orale et écrite », par exemple. « Les soviets auraient pu jouer en Russie le même rôle que les sections pendant la Révolution française, mais une fois qu’ils eurent été dépouillés de leur autonomie par le pouvoir central, qui ne laissa subsister d’eux que le nom, ils perdirent immanquablement toute influence féconde sur le cours de la révolution. » « En travaillant systématiquement à la subordination de toutes les manifestations de la vie sociale au pouvoir absolu d’un gouvernement doté de tous les droits, on ne pouvait qu’aboutir à cette hiérarchie bornée de fonctionnaires, qui a été fatale au développement de la Révolution russe. »
Il rappelle que « sans l’aide énergique des anarchistes, les bolcheviks ne seraient jamais arrivés au pouvoir ». C’est l’un d’eux, Anatole Grigorievitch Zelesniakov qui conduisit les matelots de Cronstadt au Parlement et congédia les députés. Pourtant, dès avril 1918, ils furent arrêtés ou massacrés, leurs organisations dissoutes, leurs librairies fermées, leur littérature brûlée. Il raconte comment les bolcheviks se sont servis de Makhno avant de le trahir, ont tenté de faire passer le soulèvement de Cronstadt pour une entreprise contre-révolutionnaire. Il explique que la « commissariocratie bolchevique, fatale à la révolution russe » provient de l’impossibilité de concilier le système des conseils et la « dictature du prolétariat », « funeste héritage de la bourgeoisie ». Dès le congrès de La Haye en 1872, le porte-parole de la minorité fédéraliste, James Guillaume opposait à la conquête du pouvoir politique l’exigence fondamentale de sa destruction totale. « Sous la « dictature du prolétariat », la Russie s’est transformé en une immense prison, où toute trace de liberté a été systématiquement effacée, sans que l’on se soit pour autant rapproché des buts initiaux de la révolution. » La IIIe Internationale est destinée à promouvoir les directives du gouvernement soviétique auprès du mouvement ouvrier international. « Le centralisme n’a jamais été une unification des forces, mais bien la paralysie de la force ; c’est l’unité artificielle de haut en bas, qui cherche à atteindre son but par l’uniformisation de la volonté et l’élimination de toute initiative indépendante – l’unité d’action d’un théâtre de marionnettes, dont chaque personnage saute et danse au gré de celui qui tire les ficelles dans les coulisses. » Il prône au contraire le fédéralisme et la disparition de l’appareil du pouvoir dont le monopole est aussi dangereux que celui de la propriété.

Fort de son analyse aussi édifiante que précoce, Rudolf Rocker indique la voie à prendre : "Le prolétariat doit se débarrasser des idéologies bourgeoises des révolutions politiques, qui trouvent toujours leur aboutissement dans une nouvelle occupation de l'appareil du pouvoir politique." "TOUT PAR LES CONSEILS ET PAS DE POUVOIR AU-DESSUS DES CONSEIL !"




LES SOVIETS TRAHIS PAR LES BOLCHEVIKS - La faillite du communisme d’État
Rudolf Rocker
Traduction de Pierre Galissaires
110 pages – 10 euros
Éditions Spartacus – Paris – Février 1998
Première parution en 1921



Voir aussi :

LA RÉVOLUTION RUSSE 

MAKHNO – Une épopée

MARIA NIKIFOROVA, LA RÉVOLUTION SANS ATTENDRE

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire