28 avril 2019

LA GUERRE DES PAUVRES

Au début du XVIème siècle, Thomas Muntzer dit la messe en Allemand, prêche un christianisme primitif et incite à la révolte de ceux qui vivent la « pauvreté évangélique ».

Avec ce bref roman historique, Éric Vuillard chante l’épopée exaltée de cet homme qui entraîne dans sa colère les pauvres à se soulever, l’inscrivant dans une généalogie européenne, en Angleterre d’abord, avec
Wat Tyler, John Ball et Jack Cade, puis Jan Hus en Bohême. « Il est en colère. Il veut la peau des puissants. Il veut ratiboiser l’Église, il veut crever le ventre à tous ces enfants de salauds. » « Il réfute que rien puisse changer à l’amiable. » Il faut « l’épreuve du feu » « car les puissants ne cèdent jamais rien, ni le pain ni la liberté ».

C’est souvent beau, puissant, incisif, comme un slogan tagué sur un mur. Si, jusqu’à aujourd’hui, l’Histoire semble souvent se répéter, y compris jusque dans les défaites, Éric Vuillard, qui a souhaité avancer la parution de son texte pour que soit plus audible son écho avec l’actualité, rend la parole aux vaincus tout en prévenant : « Le martyre est un piège pour ceux que l’on opprime, seule est souhaitable la victoire. Je la raconterai. »




LA GUERRE DES PAUVRES
Éric Vuillard
82 pages – 8,50 euros
Éditions Actes Sud – Collection « Un endroit où aller » – Arles – Janvier 2019







Aucun commentaire:

Publier un commentaire