5 août 2019

ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013

Transcription commentée des sept heures d’enregistrements d’entretiens autour de la lutte contre le chantier de la ligne Très Haute Tension (THT) Cotentin-Maine, avec ceux qui l’ont vécu de l’intérieur.
Informations techniques alternent avec présentation des principaux acteurs, associations et comités créés sur les trois départements concernés, la Manche, la Mayenne et l’Île-et-Vilaine, réunis aux sein de la coordination Stop THT, historique du mouvement, récits des manifestations et actions successives.
En France, plus des deux tiers de l’électricité est d’origine nucléaire. 58 réacteurs, répartis sur 19 centrales disséminées sur le territoire, assurent donc l’essentiel de la production d’énergie électrique, transportée ensuite sur de longue distance. Cette centralisation cause d’énormes déperditions puisque c’est environ la production de 4,5 réacteurs qui « s’évapore » au cours du transport.
Pour évaluer les effets des ondes électromagnétiques sur les gens et les animaux qui vivent sous les lignes, un questionnaire a été mis au point avec le CIIREM (Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Électro Magnétiques non ionisants). 4000 seront remplis au cours de l’enquête de terrain, entre janvier et mars 2008.
L’arrogance de RTE lors des premiers contacts et des premières réunions d’informations, renforcent la mobilisation. Le tracé de la ligne évite sciemment les villes présentant un fort potentiel de contestation.
La coordination des élus concerne 57 communes sur 65. Des arrêtés municipaux sont pris pour interdire les constructions de pylône à moins de 500 mètres des habitations et de 100 mètres des bâtiments d’élevages. Mais RTE n’en tient pas compte et poursuit les travaux sans attendre les décisions de justice. 3 000 euros par pylônes et par an sont versés aux communes et un Plan d’Accompagnement de Projet prévoit des indemnisations importantes avec signature d’une convention contenant une clause interdisant de se retourner contre RTE. Les indemnités sont versées au titre de l’exploitation donc inclues dans les revenus : 43% repartent à la MSA ! La FNSEA et les Chambres d’agricultures sont pour le moins frileux.

En 2011, l’accident de Fukushima contribue à orienter la mobilisation vers l’action directe avec notamment le blocage d’un train de déchets nucléaires en partance pour l’Allemagne en novembre et l’occupation du Chefresne  en mai 2012 lorsque débutent les travaux sur la commune. Les déboulonnages publics se multiplient puis, face à la répression, les actions plus discrètes, « peu revendiquées, mystérieuses mais redoutablement efficaces ». Le maire, Jean-Claude Bossard, est arrêté alors qu’il réclame l’application de l’interdiction de toute construction à moins de 500 mètres, que la Préfecture avait oublié de faire casser. Le Conseil municipal démissionnera pour protester contre l’ordre de réquisition de ses membres pour tenir le bureau de vote aux élections législatives qu’ils refusaient d’organiser sur la commune. Pendant six mois, tous les habitants subissent un contrôle permanent de tous leurs déplacements.
À Saint-Pierre-des-Landes, en juin 2013, les gendarmes défendent la construction d’un pylône sur une propriété privée en toute illégalité. « Il y a plein de gens qui ont déchanté, ils se sont aperçus que c’était du pipeau. Il y a des lobbies qui passaient par-dessus toutes les règles de notre société. » Un arrêté préfectoral interdit à toute personne d’aller sur l’emplacement des travaux et des chemins d’accès sous peine de 2 000 euros d’amende par heure et par personne.
Le camp de Montabot, du 22 au 24 juin, réunissant des centaines de personnes venues de toute l’Europe, est sévèrement réprimé. Les gendarmes bloquent les véhicules de secours pour évacuer les blessés.
En février 2013, le préfet et RTE passent outre une décision de justice valide qui reconnait l’illégalité de la construction des pylônes chez les Larsonneur et interdit à RTE de revenir sur leurs terres.
On mesure la désillusion et la perte de confiance dans les institutions : « Croyant aux valeurs démocratiques de notre État, la construction d’un pylône THT sur leurs terres va faire vaciller très vite et très fort ce sentiment protecteur que suscitent les lois et la justice. » L’efficacité des sabotages, dès lors, est admise même par beaucoup qui n’y participent pas.
La répression est décrite par le menu : une pression permanente et quelques procès sur des accusations fragiles voire absurdes. Le dernier chapitre est consacré aux gênes occasionnées par la ligne en fonctionnement : grésillements permanents (80 décibels au pied du pylône, vaches qui refusent de boire, fuites de courants (entre 15 et 20 milliampères selon un reportage de France 3), épidémies de mammites. Les conséquences pathologiques, notamment les leucémies infantiles, sont difficiles à prouver : « L’absence de preuves, devient la preuve de l’absence de toxicité. » La conscience qu’au nom de l’intérêt général, les lobbies industriels ont tous les droits, se confirme et s’accentue encore : « La France est mené par le capitalisme, par quelques grosses entreprises. C’est tout : t’as EDF, t’as Suez (Engie), t’as Vinci, t’as Bouygues. C’est eux qui mènent le pays, c’est tout. Les quarante entreprises du CAC40, ce sont elles qui dirigent le pays. C’est elles qui disent aux politiques : « Il faut faire ça, il y a ça à faire, il nous faut ça. » »

Si les entretiens sont quelque peu imprécis, la brève revue de presse et la compilation de tracts en annexe, abondent d’informations complémentaires, de chiffres et d’arguments. Les montants des indemnisations sont précisés et décortiqués, les sabotages comptabilisés par RTE.


Ce genre de témoignage permet autant d’en conserver la mémoire que de nourrir d’autres luttes.




ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU
Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013

+ CD
398 pages – 21 euros
Éditions Mère Castor – 2018
https://editionsmerecastor.wixsite.com/publications



Voir aussi :

LE MONDE DES GRANDS PROJETS ET SES ENNEMIS

LE PETIT LIVRE NOIR DES GRANDS PROJETS INUTILES

 

 

HABITER EN LUTTE Zad de Notre Dame des Landes – Quarante ans de résistance 

ÉLOGES DES MAUVAISES HERBES - Ce que nous devons à la ZAD

SAISONS - Nouvelles de la ZAD

NOTRE-DAME-DES-LANDES OU LE MÉTIER DE VIVRE

 

SACHEZ QUE JE N’ATTENDS RIEN DE VOTRE INSTITUTION

 

SIVENS SANS RETENUE

 

DE TOUT BOIS #9 - Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon

 

MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde

 

AVENIR RADIEUX - Une Fission française

 

LES PRÉDATEURS DU BÉTON

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire