5 mai 2018

7 MINUTES – COMITÉ D’USINE

« Onze femmes en colère » pourrait être le titre de cette nouvelle pièce de Stefano Massini. Représentant leurs collègues, elles vont devoir négocier avec les nouveaux patrons de l’usine, le maintien de tous leurs emplois. Mais « le pas » que leur demande la direction « dans cette délicate conjoncture » pour « récompenser l’effort consenti » va les diviser.
Si, spontanément, toutes considèrent que « renoncer à moins de la moitié de la pause convenue » contractuellement, soit sept minutes par jour, « c’est rien », surtout pour conserver leur emploi, après réflexion, multipliées par deux cents ouvrières et employées, cela représente tout de même six cents heures par mois !Au fil de la discussion très animée, les arguments font leur chemin. Si elles acceptent trop facilement, que va-t’on leur demander la prochaine fois ? Au nom de la dignité, ne doivent-elles pas refuser, par principe, pour montrer l’exemple aux ouvriers de toutes les usines où des « efforts » sont demandés aux salariés ? Doivent-elles céder au « chantage » et leur faire ce « cadeau » ?
Selon leur parcours, premier emploi ou proche de la retraite, arrivée récemment en France, elles expriment leurs inquiétudes. Le débat échappe au piège de la démonstration, notamment grâce à sa fin ouverte. Il emprunte suffisamment de petits détails de la vie, pour ne pas sembler une construction artificielle mais rester crédible et extrêmement vivant. Massini sait élaborer une parole qui suscite une prise de conscience. Il s’abstient de trancher entre une vision pessimiste du monde qui condamne les bonnes volontés et les élans émancipateurs à se heurter à l’inertie inéluctable, et une vision idéaliste où le combat de la raison toujours triomphe, préférant laisser au spectateur le dernier mot. Une grande réussite !





7 MINUTES  – COMITÉ D’USINE
Stefano Massini
Traduit de l’italien par Pietro Pizzuti
98 pages – 13,50 euros
Éditions de L’Arche – Paris – Mars 2018
Adaptée au cinéma par Michele Placido en 2016. Sortie française : mars 2018.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire